Le Big Data : menace ou solution pour l’environnement ?

Classé dans : Big Data, Réflexion IS | 0

La première séance du séminaire du Master IS était consacrée à l’information, aux données et au Big Data. Ce billet propose d’approfondir cette dernière thématique et de découvrir quels peuvent être ses impacts sur l’environnement, mais aussi quelles solutions le Big Data pourrait fournir afin de mettre en place des actions écologiques.

Le Big Data, qu’est-ce que c’est ?

Tout d’abord, définissons en quelques mots le Big Data. Comme le remarquent de Mauro, Greco et Grimaldi, dans leur article “A formal definition of Big Data based on its essential features”, ce terme est relativement nouveau, et il n’existe pas de définition consensuelle à ce concept, bien qu’il soit communément utilisé. Malgré cela, le terme de Big Data est habituellement défini en utilisant les trois lettres V ; certains le définissent aussi en utilisant deux « V » supplémentaires. Le premier « V » se réfère au volume exponentiel de données. Le deuxième « V » se rapporte à la vélocité, la vitesse croissante à laquelle les données sont générées, capturées et stockées. Finalement, le troisième « V » décrit la variété des données générées : par exemple des données médicales, financières, ou de géolocalisation.  Dans certains cas, le Big Data est défini en utilisant le terme de véracité se référant à la potentielle non-fiabilité des données. Un cinquième « V » est parfois utilisé afin de décrire la valeur que peuvent générer les données.

A la fin de leur article, les auteurs proposent la définition suivante: « Big Data is the Information asset characterised by such a High Volume, Velocity and Variety to require specific Technology and Analytical Methods for its transformation into Value. » (p.131) Cette définition permet donc de mettre en exergue les principales caractéristiques du Big Data, en soulignant que celui-ci nécessite des technologies et des méthodes spécifiques afin que ces données acquièrent de la valeur et nous permettent d’améliorer notre connaissance de certains domaines.

A titre d’illustration, cette infographie nous permet de mettre quelques chiffres sur le Big Data et ainsi nous donner une idée du volume de données hétérogènes créées quotidiennement. Evidemment, il est impossible de toutes les exploiter, mais de nombreux domaines d’activités utilisent désormais ces données, comme par exemple la médecine, la recherche scientifique ou la politique, par l’utilisation de statistiques.

Source : https://www.esaip.org/metiers/numerique/big-data/

Big Data et environnement, quel rapport?

Le Big Data pourrait donc amener des solutions afin de préserver davantage l’environnement et l’état de notre planète. En effet, le réchauffement climatique est désormais une réalité comme nous le montre cette vidéo :

 

La Suisse n’est évidemment pas épargnée par le réchauffement climatique, comme nous l’ont par exemple montré les températures moyennes en Suisse. Selon les derniers rapports internationaux il devient urgent et plus que nécessaire d’entreprendre des actions afin de ralentir la dégradation de notre planète. Malgré cela, nous vivons dans une société hyperconnectée au sein de laquelle chaque personne, ou presque, possède un smartphone ou un ordinateur, ce qui augmente les dépenses en énergie de chacun.  De plus, le Big Data nécessite l’utilisation de centres de données  (en anglais « data center ») pour les traiter et les stocker. Ces derniers posent plusieurs problèmes environnementaux : nous pouvons en effet nous demander dans quels matériaux sont construits ces immenses centres ? Leur fonctionnement nécessite également beaucoup d’électricité.

Des initiatives collectives et individuelles

Il nous faut toutefois mentionner que certains « géants du net » ont décidé de réduire l’impact écologique de leurs data center. Prenons l’exemple de Facebook qui a décidé de placer certains de ses centres de données près du cercle polaire afin de minimiser l’impact écologique de ses activités, ci-dessous celui de Luleå en Suède :

 

Source : https://www.france24.com/fr/20160929-mark-zuckerberg-nous-fait-visiter-data-center-facebook-proche-cercle-polaire

 

De plus, certaines initiatives individuelles permettent aussi d’utiliser le Big Data afin de protéger davantage l’environnement. Comme par exemple Anna Scott, une étudiante de Baltimore  qui a eu l’idée de créer et d’installer des capteurs sans fils  collectant des données sur la température, les vagues de chaleur et la pollution qui sont ensuite transmises à des chercheurs par des technologies sans fil. Finalement, ces données peuvent servir à mesurer les effets positifs d’une plus grande végétalisation de la ville.

Mentionnons aussi l’existence d’Ecosia : un métamoteur de recherche gratuit qui reverse les 80% de ses bénéfices générés par la publicité à l’aide à la reforestation. En utilisant cet outil, les utilisateurs contribuent ainsi à réduire l’impact écologique induit par l’utilisation des ordinateurs et smartphones.

In fine, même si le Big Data peut avoir un impact négatif sur l’environnement de part l’utilisation croissante d’ordinateurs, de smartphones et la construction de centre de données, certaines initiatives montrent que le Big Data présente également un impact environnemental positif en utilisant à bon escient les données produites.

Bibliographie

DE MAURO, Andrea, GRECO, Marco, GRIMALDI, Michele, 2016. “A formal definition of Big Data based on its essential features”. Library Review. [en ligne]. 2016. Vol. 65, Issue 3, pp.122-135. [Consulté le 16 novembre 2018]. Disponible à l’adresse : https://doi.org/10.1108/LR-06-2015-0061

EUDES, Yves, 2016. Dans le data center de Facebook, aux abords du cercle polaire. Le Monde.fr [en ligne]. 29 juin 2016. [consulté le 17 novembre 2018]. Disponible à l’adresse :https://www.lemonde.fr/grands-formats/visuel/2016/06/29/dans-le-data-center-de-facebook-aux-abords-du-cercle-polaire_4960471_4497053.html

FRANCE 24, 2016. Mark Zuckerberg nous fait visiter un data center de Facebook proche du cercle polaire. France24.com [en ligne]. 29.09.2016. [consulté le 15 novembre 2018]. Disponible à l’adresse :https://www.france24.com/fr/20160929-mark-zuckerberg-nous-fait-visiter-data-center-facebook-proche-cercle-polaire

JOHNS HOPKINS UNIVERSITY, WHITING SCHOOL OF ENGINEERING, 2017. Can big data help solve big climate problems? Johns Hopkins Whiting School of Engineering [en ligne]. 28 juin 2017. [consulté le 10 novembre 2018]. Disponible à l’adresse :https://engineering.jhu.edu/news/2017/06/28/can-big-data-solve-climate-problems/.

JONES, Nicola, 2018. « How to stop data centres from gobbling up the world’s electricity » Nature [en ligne]. 12 septembre 2018. Vol. 561, p. 163. [Consulté le 14 novembre 2016]. Disponible à l’adresse :https://www.nature.com/articles/d41586-018-06610-y#ref-CR2

LE MONDE, 2015. Comprendre le réchauffement climatique en 4 minutes [enregistrement vidéo]. Youtube [en ligne]. 28 avril 2015. [Consulté le 15 novembre 2018]. Disponible à l’adresse : https://www.youtube.com/watch?v=T4LVXCCmIKA

RADIO TELEVISION SUISSE (GENEVE), 2018. La Suisse va réexaminer ses objectifs climatiques après le rapport du GIEC. Rts.ch [en ligne]. 09 octobre 2018. [Consulté le 15 novembre 2018]. Disponible à l’adresse :https://www.rts.ch/info/sciences-tech/9901786-la-suisse-va-reexaminer-ses-objectifs-climatiques-apres-le-rapport-du-giec.html

Carnet d'IdéeS - blog du Master IS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *